LA NEUROECONOMIE et l’influence des émotions sur la prise de décisions

On prend nos décisions souvent quand on a peu de choix et à des moments décisifs. On se demande après sur la façon dont elles étaient prises . Pourquoi certaines personnes  prennent elles de meilleures décisions que d’autres ? Il vous est souvent arrivé l’idée  d’exprimer ce que vous  pensez d’une personne que vous connaissez à peine ?est ce que ce sont les émotions qui vous ont poussé à vous exprimez, à dire ce que vous ressentez ?Les émotions ont-ils un rôle dans la prise de nos décisions ?Comment peut-on améliorer cette prise de décision au quotidien ?


émotions, réactions

Depuis le début des années 2000, la rencontre entre chercheurs issus des neurosciences, de la psychologie et de l’économie, a permis d’initier l’émergence d’une nouvelle discipline: la neuroéconomie. Les avancées récentes des neurosciences et de la neuroéconomie ont démontré que les approches économiques qui sont uniquement basées sur des processus de délibérations conscientes et rationnelles sont incomplètes. C’est alors qu’on s’aperçoit qu’on a oublié le coté psychologique qui concerne  le rôle des émotions dans la prise des décisions .Dans ce même concept un psychologue a gagné le prix Nobel de l’économie Richard Thaler en 2017.Il est arrivé à montrer comment certaines caractéristiques humaines comme les limites de la rationalité et les croyances sociales vont affecter systématiquement nos prises de décision.

L’erreur que font les économistes quand ils prennent une décision d’affaire, c’est qu’ils partent du principe que les décisions sont prises en fonction des intérêts ou des gains personnels. Les nouvelles recherches en économie comportementale ont démontré que la neuroscience, les cognitions, les pensées et les émotions se sont combinées pour former ce qu’on appelle la neuroéconomie .

Qu’est ce que la neuroéconomie ?

La neuroéconomie est un domaine relativement nouveau qui intègre des méthodologies et des découvertes issues de l’économie traditionnelle, des neurosciences et de la psychologie. Sachant bien, qu’il conserve des informations importantes de chacun tout en reconnaissant qu’une description complète du choix fondé sur la valeur nécessite plusieurs niveaux d’analyses simultanés. Le domaine fournit le langage commun dans lequel les influences de chaque champ contributif sont traduites, paramétrées et ensuite utilisées pour modéliser le comportement. 

neurone du cerveau

L’idée est de donner un aperçu des raisons pour lesquelles les humains pourraient ne pas agir pour optimiser l’utilité et éviter les difficultés financières. En règle générale, les émotions influencent profondément la prise de décision des individus. Le cerveau réagit souvent plus aux pertes qu’aux gains, ce qui peut provoquer un comportement irrationnel.

Domaines d’étude de la neuroéconomie

La neuroéconomie peut être décomposée en trois domaines d’étude comprenant :

  •  le choix inter temporel.
  •  la prise de décision sociale.
  •  la prise de décision sous risque et incertitude. 

Choix inter temporel

Le choix inter temporel est le processus par lequel les gens décident quoi et combien font à différents moments; les gens présentent les biens économiques différemment à différents moments, et les choix faits à un moment donné influencent les choix disponibles pour les autres. Les études neuroéconomiques dans ce domaine cherchent à comprendre comment l’activité et la chimie cérébrales peuvent influencer la préférence temporelle et l’impulsivité. 

Prise de décision sociale

Les études sur la prise de décision sociale reposent sur les résultats des choix basés sur  la théorie des jeux impliquant de multiples sujets en interaction aux observations du cerveau et de l’activité neuronale. La théorie des jeux applique des modèles mathématiques de conflit et de coopération entre des décideurs rationnels et intelligents. Les études neuroéconomiques sur le choix social se concentrent sur la façon dont les aspects de confiance, d’équité et de réciprocité dans les décisions sociales sont liés au fonctionnement du cerveau.  

Prise de décision sous risque et incertitude 

Les études sur la prise de décision en situation de risque et d’incertitude comportent le processus de choix parmi des alternatives où les résultats sont fixes mais varient selon des distributions de probabilité qui peuvent ou non être connues des décideurs. Ces études examinent comment la préférence pour le risque, l’aversion au risque et les informations incomplètes sur les décisions se sont rendues dans  le système nerveux.  La prise de décision économique, basée sur la théorie du choix rationnel , a permis que les investisseurs évaluent objectivement le risque et réagissent de la manière la plus rationnelle, mais traite le fonctionnement interne de l’esprit du décideur comme une boîte noire qui dépasse le cadre de l’enquête économique.

Pourquoi la neuroéconomie est-elle utile aux entreprises ?

façon de penser  ,concept

La neuroéconomie  explore les processus cérébraux qui sous-tendent la prise de décision. Par exemple : pourquoi les consommateurs préfèrent un produit à un autre ? De plus, les neurosciences peuvent aider à comprendre pourquoi les chefs d’entreprises décident de certains plans d’action. Les neurosciences peuvent également aider à répondre à de nombreuses questions urgentes qui sont pertinentes dans un contexte commercial. Notamment comment pouvons nous prendre la meilleure décision ?  Comment pouvons-nous identifier les parties les plus productives du cerveau ? et Comment pouvons-nous encourager le cerveau à être créatif ?

Pourquoi la neuroéconomie a eu plus d’impact sur l’économie que sur la psychologie ?

La neuroéconomie tente de relier les disciplines des neurosciences, de la psychologie et de l’économie. Il y a encore beaucoup de questions sur la façon dont les neurosciences peuvent éclairer l’étude de l’économie. En général, les découvertes neuroscientifiques peuvent informer, guider et imposer des limites aux modèles économiques existants.

Certaines découvertes les plus importantes de la neuroéconomie ont posé de sérieux défis à l’hypothèse économique standard. Pour cette raison, la neuroéconomie a remis en question l’hypothèse économique classique concernant la prise de décision économique et suggère que le processus est en effet plus complexe.

Etude des effets  de l’économie comportementale sur la neuroéconomie

 La neuroéconomie tente de franchiser une nouvelle étape en étudiant les relations entre les décisions économiques et les phénomènes observables dans le cerveau animal ou humain. Un aperçu des mécanismes qui motivent les individus peut aider à mieux prédire l’avenir de l’économie.

cerveau,pensées ,psychologie ,conflit

Quand à la perpétuation des bulles d’actifs et, par la suite, des crises financières. La neuroéconomie a donné un aperçu des raisons pour lesquelles les humains pourraient ne pas agir pour optimiser l’utilité et éviter les difficultés financières. En règle générale, les émotions influencent profondément la prise de décision des individus. Le cerveau réagit souvent plus aux pertes qu’aux gains, ce qui peut provoquer un comportement irrationnel. Bien que les réponses émotionnelles ne soient pas toujours sous-optimales, elles sont rarement compatibles avec le concept de rationalité. A mesure que la neuroéconomie se développe, le domaine d’étude montre le potentiel d’améliorer la compréhension des mécanismes influençant la prise de décision. 

 Liaisons établies entre la  neuroéconomie et l’économie expérimentale

graphique commerce

La neuroéconomie est également liée au domaine de l’économie expérimentale . Les recherches se penchent en grande partie sur des études d’observation où des sujets humains ou animaux se voient offrir un ou plusieurs ensembles de choix, tandis que les chercheurs observent, mesurent et enregistrent diverses variables physiologiques ou biochimiques avant, pendant et après que les choix sont faits, ou directement contrôlés.Des expériences où les chercheurs modifient chimiquement ou électromagnétiquement la fonction cérébrale de certains sujets, puis comparent les choix faits par les sujets de traitement et de contrôle.

Les chercheurs en neuroéconomie utilisent des outils tels que l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et la tomographie par émission de positrons (TEP) pour observer le flux sanguin et l’activité dans différentes régions du cerveau, ainsi que des tests sanguins ou salivaires pour mesurer les niveaux de neurotransmetteurs et d’hormones.

Avantages de la neuroéconomie

Comprendre la prise de décision humaine est bénéfique pour tout le monde. La neuroéconomie s’intéresse en grande partie aux situations où un individu doit faire un choix unique parmi de nombreuses options différentes. Les modèles économiques néoclassiques existants sont incapables d’expliquer certains comportements humains, y compris certaines décisions économiques. La neuroéconomie a la possibilité d’améliorer la précision des théories économiques en tenant compte des facteurs sociaux, cognitifs et émotionnels.

Conclusion

Grace aux outils des neurosciences , il est maintenant possible de mieux comprendre ce qui initie l’action à la décision économique. On peut ainsi regrouper des phénomènes qu’on croyait différents et en séparer d’autres que l’on croyait similaires.

Cette approche neuroéconomique n’aurait pu être possible sans l’évacuation préalable, au sein des neurosciences, d’une déclinaison comportementale qui ne permettait d’analyser la décision que dans un cadre stimuli-réponses . Il est aussi intéressant de voir que de récents développements permettent aujourd’hui de comprendre le fonctionnement du cerveau .

 L’enjeu ultime de la neuroéconomie est bien plus grand, il pourrait permettre de développer une nouvelle théorie de la décision qui permettrait de réduire l’écart entre les approches normatives de la théorie économique, et les approches descriptives de l’économie comportementale.

Auteur : bazid

infopreneur

%d blogueurs aiment cette page :